Scandale de la Belle de Mai : les réponses de la municipalité sont oiseuses

Publié le par generation-ecologie-paca.over-blog.com

Voici plusieurs jours que des habitants proches de l’ancienne maternité de la « Belle de mai », à Marseille, manifestent contre la cession d’une partie de ce patrimoine municipal à des promoteurs pour en faire des immeubles de rapport.

Ce qui est contesté par les habitants c’est le fait qu’il s’agit du seul espace vert de ce quartier contrairement aux autres quartiers de Marseille.

15-06-2011 belle de mai action 3

La réponse de la mairie par médias interposés (France 3, 20 minutes, La Provence, etc…) est venu d’Yves Moraine, chef de file des élus UMP, institué pour la circonstance porte-parole du Maire.

Ses réponses montrent que l’élu use de la langue de bois (chère aux politiciens de métier) pour enfumer les marseillais qui ne connaissent pas ce scandale.

Parmi ses déclarations il en est trois qui sont significatives de la mauvaise foi de l’élu :

-       « Cette vente ne touche pas les espaces verts de ce secteur » : or, en dehors de quelques mètres carrés dévolus aux joueurs de pétanque et à la promenade des chiens, il n’y a que cet espace boisé comme espace vert dans tous ces quartiers du centre.

-       « C’est une friche » : c’est faux car on ne peut qualifier de friche industrielle les quelques préfabriqués de l’ancienne école des sages-femmes, entourés d’arbres quasi-centenaires.

-       « C’est pour éviter que le lieu ne soit squatté » : l’ancienne maternité qui se trouve dans le même lot que le domaine vendu par la mairie, est occupée par le « service de sécurité » de la ville. Si ce service n’est pas capable d’empêcher les squats  sur son domaine on peut être inquiets en ce qui concerne les autres domaines municipaux plus éloignés…

En bref, Génération Ecologie qui soutient les habitants du quartier dans leur demande légitime d’avoir au moins un espace  vert, regrette qu’il n’y ait pas un seul écologiste dans la majorité du « conseil municipal » de la deuxième ville de France. Cela aurait pu changer la politique de bétonnage à outrance à laquelle on assiste depuis quelques années.

 

Michel VILLENEUVE,

Porte-parole de Génération Ecologie 13

Publié dans Actions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article